MACVAL

Le MACVAL est ouvert tous les jours de la semaine sauf le lundi:
du mardi au vendredi de 10 h à 18 h
le week-end et jours fériés de 12 h à 19 h.

Fermeture les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre.

tél. : 01 43 91 64 20
fax : 01 79 86 16 57

Comment venir au musée ?

Place de la Libération
94400 Vitry-sur-Seine

Facebook Twitter Instagram Vimeo Snapchat

Lahouari Mohammed Bakir

Chaque année, le Conseil départemental du Val-de-Marne commande une estampe pour la Roseraie départementale.

Avec Concertina, Lahouari Mohammed Bakir réalise une impression pigmentaire représentant la création d’un rosier hybride.

Un concertina est un type de fil de fer barbelé, courant aux abords des frontières des pays fermés à l’accueil des réfugiés. Le titre revêt une double signification et montre l’ambiguïté de ce que peut symboliser la rose : le rapprochement, l’amour, l’ouverture quand celle-ci est fleurie, mais menaçante et repoussante, en hiver, quand le squelette et les épines sont apparentes. Les épines de ce rosier sont des lames. S’agit-il d’une plante que l’artiste a aperçue dans le parc de la Roseraie départementale ou d’un bouclier anti-intrusion constitué de bois de rosiers, symbole du repli sur soi et de violence inhérents à notre monde contemporain ?

Lahouari Mohammed Bakir est né en 1973 à Nîmes, il vit et travaille à Montrouge. Ses peintures, dessins et photographies évoquent les tensions héritées de la guerre d’Algérie et du colonialisme. L’actualité internationale et les conflits récurrents l’amènent à nous interroger sur les enjeux de notre monde contemporain à travers la représentation d’objets signifiants (série des Objets de révoltes, 2014, …).

Chaque année, le Conseil départemental du Val-de-Marne commande une estampe pour la Roseraie départementale.

Avec Concertina, Lahouari Mohammed Bakir réalise une impression pigmentaire représentant la création d’un rosier hybride.

Un concertina est un type de fil de fer barbelé, courant aux abords des frontières des pays fermés à l’accueil des réfugiés. Le titre revêt une double signification et montre l’ambiguïté de ce que peut symboliser la rose : le rapprochement, l’amour, l’ouverture quand celle-ci est fleurie, mais menaçante et repoussante, en hiver, quand le squelette et les épines sont apparentes. Les épines de ce rosier sont des lames. S’agit-il d’une plante que l’artiste a aperçue dans le parc de la Roseraie départementale ou d’un bouclier anti-intrusion constitué de bois de rosiers, symbole du repli sur soi et de violence inhérents à notre monde contemporain ?

Lahouari Mohammed Bakir est né en 1973 à Nîmes, il vit et travaille à Montrouge. Ses peintures, dessins et photographies évoquent les tensions héritées de la guerre d’Algérie et du colonialisme. L’actualité internationale et les conflits récurrents l’amènent à nous interroger sur les enjeux de notre monde contemporain à travers la représentation d’objets signifiants (série des Objets de révoltes, 2014, …).