« C’est comme si cette marche comblait le vide créé par les musées »

Dimanche 13 janvier 2019
- 12h30 au Musée national de l’histoire de l’immigration (RDV dans le Forum)
- 16h au MAC VAL

Restitution de l’atelier mené par par les étudiant-e-s de l’ESAD Grenoble avec Gaëlle Choisne et la plateforme de recherche Pratiques d’Hospitalité, coordonnée par Katia Schneller et Simone Frangi de l’ESAD Grenoble.
Avec Fanny Souade Sow, Miru Kim, Binta Diaw, Lena Longefay, Léa Laforest, Yanireth Jimenez Torres, Laura Villena, étudiantes à l’ESAD Grenoble.

 « Une marche, une balade, une narration autour de la ville. Une manière de relier le Musée de l’histoire de l’immigration et le MAC VAL. »

RDV à 12h30 au Musée de l’histoire de l’immigration (dans le Forum - salle des fresques), pour une marche jusqu’au MAC VAL.
Arrivée à 16h au MAC VAL pour la suite de la visite de l’exposition « Persona grava ».

Prévoir une participation de 10 euros pour le déjeuner.

« C’est une sorte de parc immense avec pleins de décors mais où finalement t’as vite fait le tour car tu passes toujours par les même chemins. Et tout le monde est en maillot de bain et reste passif comme ça. J’étais la seule avec une caméra et un sac à dos à déambuler dans ce gros hangar. En fait, je crois que je m’ennuyais un peu à la fin.

J’essaie de faire l’itinéraire avec Google Maps mais c’est super dur de naviguer avec ce truc. Je fais que de me perdre.

C’est un livre qui regroupe 194 hymnes nationales dans lesquelles l’auteure a supprimé toutes les indications concernant les nations en question. Du coup, c’est assez beau, ce sont des sortes de poèmes un peu vagues qui parlent beaucoup de la nature et d’un lieu qui semble presque irréel.

On pourrait faire une randonnée gourmande, ils en organisent beaucoup chez moi.

Tu marches deux ou trois kilomètres, tu t’arrêtes à un endroit prévu, on te sert l’apéro, tu remarches encore, tu mets tes pieds sous la table, tu manges l’entrée, tu retournes marcher, tu arrives à un autre endroit pour manger le plat chaud, tu repars marcher, tu manges du fromage, tu marches, tu prends un dessert, tu marches, et un café.

De quoi veut-on souvenir ?

Que voulons-nous célébrer ?

On pourrait discuter de comment détourner l’usage et comment en faire nouvel usage.

Tiens on pourrait prendre ça, ça rappelle ton histoire de vagues. Il y a des surfeurs sur les bords.

"Corvi in Volo
Casa è ovunque
trovi una cosa d’amare
casa è null’altro
che terra e cemento"

Migrazioni
I tappeti invogliano ma
nessuna scritta dice : BENVENUTI »

Poème de Wole Soyinka