11/18

Pour réaliser l’installation vidéo 11/18, Melanie Manchot a filmé en Super8 une jeune fille, une minute par mois, de onze à dix-huit ans.
L’œuvre devient une enquête sur le temps, la durée et l’engagement. Entre documentaire et fiction, 11/18 apparaît comme une étude de la notion de subjectivité et d’identité se donnant à lire au détour des gestes et des mimiques du modèle. Les portraits révèlent les changements et émotions que le sujet a connus et traversés.
Cette jeune fille répond à la caméra comme elle le ferait à quelqu’un de familier, mais à la fois étranger et inquiétant. 11/18 apparaît comme le témoin distancié d’une quête d’identité, inexplicable et en constante évolution.

Melanie Manchot a propos de l’œuvre « 11-18 » et de la notion de portrait.

Melanie Manchot, 11/18, 2015.
Installation vidéo, 9 écrans, 18’.
© Adagp, Paris 2018.